• Partager sur Facebook
PHOTOS-ET-TEXTE.png


Le 26 janvier 2017, une conférence de presse s'est tenue sur la base de Florennes avec pour objet un exposé précisant le rôle des Composantes de la Défense ainsi que les objectifs définis par l'UE dans le cadre de l'intégration des pays membres.

Le contingent belge engagé dans The European Battle Group 2017. est le LtBn 12/13Li de SPA.

Copie de EUBGsmall-22222.jpg


Cette conférence de presse a aussi pour objectif de présenter l'organisation d'un exercice de grande ampleur dans la Province de Namur et ainsi avertir la population des régions concernées de la présence de troupes et de véhicules les 31 janvier et 01 février .

(Plus de détails dans les lignes qui suivent).

NIKON D7000 - DSC_1559.jpg


Intervention du Colonel aviateur Breveté d'Etat-major POLOME, Ir - Comd du 2ème Wing Tac.

Le Colonel POLOME a annoncé que le 2ème Wing ,au sein de la Composante Air, était dorénavant engagé en alternance avec les Pays-Bas et le Luxembourg pour contrôler l'espace aérien du Benelux (Q.R.A) ce qui implique la mise en place de nouvelles procédures.

De plus SIX F-16 de la Composante effectuent des missions opérationnelles au-dessus des territoires de l'Irak et de la Syrie.

Le 2ème Wing Tac va reprendre les opérations de protection de l'espace aérien au dessus des Etats baltes.Ils effectueront des missions "Enhanced Air Policing Mission" depuis une base en Estonie.

Dans le cadre de l'exercice qui débutera lundi , les pilotes auront l'opportunité de revoir les procédures spécifiques pour la protection rapprochée, tant vis-à-vis de menaces aériennes possibles que de menaces au sol.Les F-16 orbitant au-dessus des avions de transport et des troupes peuvent intervenir à chaque instant pour venir en aide dans le cas où ils seraient menacés.

Intervention du Colonel Breveté d'Etat-major MONIN Ir, - Chef de Corps du LtBn 12/13Li.

Exposé expliquant ce qu'est "The European Battle Group ou EU BG".

Les Groupements tactiques de l’Union européenne (GTUE) ou Groupement tactiques interarmées de réaction rapide (GTIRR), (en anglais Battlegroups ou en acronyme EUBG, sont des forces multinationales interarmes de réaction rapide, capable de mener des interventions militaires dans le cadre de la politique de sécurité et de défense commune de l’Union européenne. Les Groupements tactiques doivent permettre à l’UE de réagir avec des moyens militaires adaptés face à une situation de crise au-delà de ses frontières.

Le concept des Groupements tactiques comporte également un objectif incitatif visant à renforcer les capacités militaires et à promouvoir l’interopérabilité entre États membres. Comme les GTUE se composent généralement d’unités militaires de plusieurs pays, une phase de préparation multinationale est indispensable avant de pouvoir les déclarer pleinement opérationnels et interopérables pour conduire une intervention militaire.

Chaque groupement tactique est compose d’un minimum de 1 500 effectifs plus soutiens. Chaque unité doit être en mesure d’être déployée dans un délai de 10 jours et pour une période d’au moins 30 jours et allant jusqu’à 120 jours.

Intervention du Lieutenant-Colonel aviateur De GROOT - 15ème Wing.

Le but de cet exercice est l'entraînement de la Composante Air au profit de la Composante Terre.

L'exercice Wise Medium nous offre l'opportunité de nous entraîner dans des conditions proches de la réalité: protection des aéronefs évoluant à basse vitesse et appui des troupes au sol.

Par contre nous ne serons pas concernés par des menaces air-air , mais des menaces sol-air restent possibles. Les F-16 évolueront entre 10.000 pieds et 5.000 pieds, donc pas de nuisances sonores pour la population. Par contre les C-130 et les hélicoptères voleront à basse altitude - les premiers pour le largage du matériel, les seconds pour l'insertion des Forces Spéciales.

Intervention du Lieutenant-Colonel DUMAREY - Chef de Corps du 3 EMI.

La mission de la Composante Médicale se résume à un appui pour toutes les Composantes engagées.

La notion "d'appui médical" comprend les soins , l'évacuation des malades et blessés du champ de bataille. Au sens plus large, l'appui médical consiste à maintenir les troupes en bonne santé par un suivi avant et pendant les opérations : vaccins....dès le déploiement des troupes, un appui médical les accompagne sur le théâtre des opérations.

Schéma et procédure de mise en oeuvre d'un EUBG.

Copie de Capture.JPG


~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Implication de la Belgique en 2017.

Cette année la Belgique fourni UNE unité d'infanterie sous leadership de la France. Ce battlegroup se compose d'un bataillon (+/- 1100 hommes) fourni par les Français où l'on retrouve un élément de combat (162 hommes) fourni par la Belgique. Des éléments logistiques (belges et autres) se retrouvant dans l'organigramme.

L'implication des Français atteint +/- 2000 hommes capables d'être projetés en 10 jours et pour une période allant de 30 à 120 jours.

Dans ce dispositif la contribution belge tourne autour de 230 hommes du LtBn 12/13 Li , ce sont ces 230 hommes qui participent à

Copie de scénario.jpg


Scénario de l'exercice.

Un pays enclavé entre deux régions qui veulent l'annexer subit des tentatives de violation de territoire.

Dès lors l'Union européenne décide , sous mandat de l'ONU, d'aller s'interposer et créer les conditions pour qu'il y aie un référendum d'autodétermination.

Dès lors l'activation des troupes intervient!

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Scéance photos après la conférence de presse.

1_2.jpg
1_6.jpg
1_1.jpg
1_5.jpg


Activités du premier jour - Voir l'album "EX - 1er jour" ci-dessous.

Activités du deuxième jour - Voir l'album "EX - 2ème jour" ci-dessous

Activités du troisième jour - Voir l'album "EX - 3ème jour" ci-dessous

Je remercie COMOPSAIR et DG Com pour leur acceuil et leur disponibilité.


  • EX - 1er jour (300117)

    31 photos



    Mise en place du dispositif par atterrissages d'assaut sur la base de Florennes , en DEUX vagues ( 4 C-130) . L'acquisition des transporteurs de troupes (Dingo II)et autre matériel roulant a été mis en place la veille par route . La Belgique ne disposant pas de moyens aériens capable de transporter les véhicules "DINGO II"). Les véhicules légers (Iltis...)constituaient la 3ème vagues de C-130. Le Support aérien était fourni par 6+2 F-16 du 2ème Wing Tac.

    Dans la foulée des débarquements,les troupes sécurisaient une zone sur l'aéroport.

    Cliquez ICI pour accéder au DEUXIEME jour.

  • EX - 2ème jour (310117)

    16 photos



    Progression dans la zone pour aller au contact des "rebelles" avec UNE compagnie au NORD et UNE compagnie au SUD.

    Les troupes ont pour consignes d'entrer dans les villages ,de débarquer des véhicules et de prendre contact avec la population afin d'obtenir des renseignements sur les "rebelles"

    En cours de progression ,qui a comme but l'ouverture d'itinéraire et assurer la sécurité des troupes, il y aura des contacts avec "poches" réduites sur les hauteur de la Meuse.

    Toutes ces opérations se feront en étroite collaboration avec un appui aérien fourni par le 2ème Wing Tac.

    Il devait y avoir également des parachutages de matériel et vivres dans la région de Falaën et de Maredsous. Pour des raisons météorologiques ce largage a été annulé.

    Nous avons été invité à nous rendre sur la zone de bivouac.

    Une zone de bivouac est en fait une zone où les troupes se réorganisent en vue des opérations du lendemain. De cette zone et de nuit, des patrouilles de reconnaissance sont envoyées dans la profondeur pour évaluer les axes de progressions en vue de l'assaut des objectifs désignés.

    Cliquez ICI pour accéder au TROISIEME jour.

  • EX - 3ème jour (010217)

    26 photos



    Ce matin à l'aube du 1er février,le Vice-Président et Ministre du Gouvernement Wallon Maxime PREVOT , bourgmestre de NAMUR, ville marraine du 12/13 Li, a été accueilli à proximité du pont d'YVOIR (côté ANHEE) par le Lieutenant-Colonel Breveté d'Etat-major MONIN, Chef de Corps du 12/13 Li qui lui a donné un bref exposé sur le déroulement de l'exercice en général et plus particulièrement sur la phase finale , à savoir la conquête du pont d'YVOIR et de la passerelle de HOUX.

    ~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

    Dès 07.00 heures, les premiers tirs ont engagé des cibles bien précises repérées par les snipers (mitrailleuses, postes d'observation....). Dans la foulée une compagnie a envahi le pont d'YVOIR par petits groupes en délivrant un feu nourri sur les berges opposées.Après une progression par "feu et mouvements" ils ont atteint leur objectif et ont été rejoint par les transports de troupes . Les véhicules de la compagnie ont sécurisé les accès au pont. Une "tête de pont" est mise en place....

    fin d'exercice !!!!!

    (Le même scénario se produisait simultanément sur la passerelle de HOUX.)

    Dans le cadre d'une opération réelle, le bataillon serait dépassé ,via ce pont, par des unités françaises qui continueraient leur progression dans la profondeur.