• Partager sur Facebook
PHOTOS-ET-TEXTE.png
ORIGINE ET BREF HISTORIQUE DES MARCHES FOLKLORIQUES.

Les Marches Folkloriques de l’Entre-Sambre-et-Meuse trouvent leurs origines dans les processions du Moyen-Âge. L’escorte armée qui les accompagnait avait pour but d’en rehausser l’éclat et peut-être de protéger les reliques et les pèlerins.

Ces compagnies spéciales d’archers et d’arbalétriers, appelées "serments", furent les ancêtres des marcheurs. Au début du XVIe siècle, avec l’apparition des armes à feu, ce sont des arquebusiers qui rendaient les honneurs en exécutant des salves. Origine et bref historique des Marches folkloriquesA cette époque, on voit la création de milices urbaines qui, comme les serments, escortaient les cérémonies civiles et religieuses, celles-ci ne revêtaient alors aucun caractère folklorique.

Avec le temps les milices disparaissent et leur rôle glisse vers des sociétés à caractère plus populaire : « Les Jeunesses ». Ces groupements perpétuent les traditions en conservant l’aspect militaire des escortes et en les équipant d’uniformes et d’armes à feu. L’édit de Joseph II en 1786 et la Révolution française mettent fin aux processions et aux escortes armées. Ainsi s’achève la première partie de l’histoire des marches.

Les coutumes reprennent en 1802 après le Concordat signé entre Bonaparte et le pape Pie VII. Ce concordat autorise à nouveau la pratique du culte et donc des processions qui y sont liées. C’est à ce moment que les Marches prennent un nouvel essor.

Sous l’impulsion des Comités de Jeunesse, des compagnies armées folkloriques escortent les processions religieuses vénérant le Saint protecteur du village.

Après la Révolution belge en 1830, c’est encore les Comités de Jeunesse qui contribueront à relever le drapeau des Marches.

Le XXème siècle.

Au XXe siècle, durant les deux guerres, l’interdiction des escortes armées par l’occupant n’a pas éteint les traditions. Bien au contraire, pendant la deuxième guerre, des enfants armés de bâtons marchaient dans les rues de certains villages tandis qu’au même moment, dans les camps, des prisonniers défilaient costumés d’habits de papier.

De nos jours.

A partir des années soixante, ce folklore suscite un engouement tel que de nouvelles initiatives voient le jour, des marches se créent ou se recréent au sein des villages. De nos jours, on dénombre plus de 80 marches dans l’Entre-Sambre-et-Meuse ! Ces traditions sont profondément ancrées dans le cœur des habitants et ne sont pas prêtes de s’éteindre.

Les marches folkloriques, dont certaines sont reconnues comme "Chef d’oeuvre immatériel de la Communauté française de Belgique", constituent aujourd’hui un événement incontournable en Wallonie.


OUI.png
  • Marche septennale Saint-Feuillen (2012)

    84 photos

    La ville de Fosses doit son origine à Saint Feuillen ou Foillan, moine irlandais qui vint évangéliser notre contrée vers 650 et avait reçu de Gertrude, abbessa de Nivelles, une partie de son domaine appelé Bebrona (rivière des castors), puis Fossa. Il vint y fonder un monastère de « Scots ».

    L’histoire religieuse nous apprend que Foillan fut assassiné le 31 octobre 655 dans la Forêt Charbonnière, près du Roeulx. En 656, ses restes furent ramenés à Fosses et Foillan devint ainsi Saint Feuillen et plus tard, le patron de la ville, car son culte se répandit rapidement. C’est en son honneur que furent organisées des processions. La plus ancienne citée dans les archives est celle de 1086, à l’occasion de la translation des reliques dans une nouvelle châsse. Cela fait donc neuf siècles qu’on organise cette cérémonie religieuse. Mais la « Marche militaire », elle, n’existe avec certitude que depuis la création, en 1566, d’un Serment ou compagnie d’arquebusiers dont les statuts prévoyaient l’obligation « de se trouver en noble compagnie, enseigne au vent, avec fifres et tambourins, armes et équipages, le jour que l’on porterait le glorieux corps de monsieur Saint Pholien ».

    C’est donc plus certainement pour rendre hommage au saint patron que pour défendre ses reliques contre les brigands que cette escorte militaire fut faite aux processions. Mais pourquoi une marche septennale ? D’abord parce qu’un « Vœu » avait été fait d’organiser des processions au début du XVIIème siècle : la peste ravagea la région entre 1634 et 1637 ; et c’est à partir de 1635 que ce vœu fut émis par les chanoines et les magistrats de Fosses d’organiser ces processions tous les sept ans.

    Mais ce n’est qu’à partir de 1844 que l’on s’en tint strictement au septennat, même pendant la dernière guerre, en 1942.

  • Les Marches Napoléoniennes

    20 photos

    Ces processions à caractère religieux trouvent leur origine dans les processions de la Fête-Dieu. Elles ont le plus souvent été ensuite dédiées à un saint ayant miraculeusement intercédé en faveur de la communauté local.L'origine des escortes armées accompagnant ces processions est quant à elle essentiellement profane.

    Ces escortes armées sont les héritières des milices privées qui devaient protéger villes et bourgs.

    Des sociétés se sont formées pour perpétrer les traditions, tout en gardant un aspect militaire en les équipant tant bien que mal d'uniformes des Premier et Deuxième Empires.

  • Sur les pas de St Remy (2011)

    21 photos

    9éme édition de la Marche en l'honneur de Saint Remy. Rosée a résonné aux sons des fifres et tambours les 16 et 17 juillet 2011. Les pelotons traditionnels du Premier et Second Empire étaient au rendez-vous malgré un temps incertain .

  • Sur les pas de St Remy (2013)

    59 photos

    Contrairement à l'an dernier ce week-end a été marqué par la canicule.....

  • Sur les pas de St Remy (2016)

    105 photos



    Pour ouvrir la 14ème édition de la Marche de la St Remy de Rosée, la doyenne du village Madame Georgette Famerée a déposé une gerbe au monument aux Morts et a commandé la première décharge de la Marche.

  • Sur les pas de St Remy (2017)

    66 photos



    La 15 ème édition de la Marche de la Remy s'est déroulée les 15 et 16 juillet 2017.

    Madame Georgette Famerée, doyenne du village donna le coup d'envoi aux festivités.

  • Sur les pas de St Remy (2018)

    50 photos





    La 16ème édition de la Marche de St Remy s'est déroulée les 14 et 15 juillet 2018 sous un soleil de plomb , ce qui n'a pas "trop" déplu aux marcheurs ni aux spectateurs !!!.