• Partager sur Facebook
La Cité des ducs à l'ère napoléonienne

Les 24 et 25 septembre 2011, Florennes a accueilli pas moins 199 reconstitueurs, 26 cavaliers. Un bivouac d'une centaine de tentes était installé dans une prairie à proximité de "l'Arbre de la Trahison"

Deux canons ont craché le feu le samedi après-midi pendant la reconstitution de la bataille , Place de l'Hôtel de Ville et dans le Parc du Château.....Pourquoi...?

Un peu d'histoire

Le 15 juin 1815, juste avant la bataille de Waterloo, le Général Bourmont allait trahir l’Empereur. Le lieu de rendez-vous de cette traitrise se situe à l’arbre de la Trahison, devant la Ferme du Château à Florennes. Bourmont, commandant d’une des divisions du 4e Corps, allait donc quitter Florennes avec son état-major pour rejoindre les avant-postes prussiens. Il allait ainsi offrir de précieux renseignements à Blücher...

En parcourant un article sur l'entrée de l'Empereur en Belgique le 15 juin 1815, on peut lire ceci, ancien émigré de l'armée de Condé,ancien chef E-M des Vendéens,ancien chef de Chouans,le général Louis-Auguste,comte de Gaisme de Bourmont,commande une division d'infanterie du 4iéme corps,le 15 juin très tôt le matin il passe à l'ennemi avec une partie de son E-M.Cette défection cause le plus mauvais effet parmi les soldats voici la lettre qu'il envoya au Général Gérard sur le motif de cette trahison.

Au quartier général à Philippeville, le quinze juin 1815 à son Excellence le major général, à Beaumont.

Monseigneur, M. le lieutenant général Bourmont, commandant la 14e division d'infanterie est passé, ce matin, à l'ennemi avec ses aides de camps l'adjudant commandant Clouet, son chef d'état-major; il parait même qu'il a emmené les adjoints qui sont le chef d'escadron Villoutreis et le capitaine Sourdat. Je m'empresse d'adresser à Votre Excellence les lettres que m'ont écrit, au moment de leur départ, M.M. Bourmont et Clouet. Ce général n'avait pas encore reçu l'ordre de mouvement d'aujourd'hui, ni la série de [..]. d'ordre. Jusqu'à ce jour, il n'était rien venu à ma connaissance, qui put me le faire soupçonner capable de trahison. Le maréchal de camp Hulot prend provisoirement le commandement de la 14e division. Je prie Votre Excellence de vouloir bien y envoyer le plutôt possible un lieutenant-général et des officiers d'état-major. Agréez, Monseigneur, l'hommage de mon respect,