• Partager sur Facebook
Le Sizerin flammé a une calotte rouge très marquée, la poitrine carminée et une tache noire sous le bec. Ce dernier est jaune-paille, ce qui le différencie de tous les autres fringilles. Le dessus est gris-brun, le dessous blanchâtre, les flancs et le derrière sont tachetés longitudinalement. Les ailes sont traversées par deux bandes claires. La femelle est plus tachetée et ne possède pas de rouge sur la poitrine excepté certaines femelles plus âgées qui ont quelques plumes colorées sur le jabot. Les petits sont semblables à la femelle, mais ils sont dépourvus de tache rouge sur le front. La sous espèce Carduelis flammea cabaret, très récemment considérée comme espèce à part entière, vivant en Grande-Bretagne et en Europe Centrale est nettement plus sombre et légèrement plus petite que la race type flammea flammea nichant en Scandinavie. Le plumage du Sizerin flammé est plus gris que celui du Sizerin cabaret qui arbore une teinte brun chaud. Le mâle a une bavette rose plus foncée.

Le sizerin flammé a une répartition intéressante. Il habite généralement la toundra septentrionale en Europe, en Asie et en Amérique du Nord, où il reste le plus souvent dans les régions avec des bois d'aulnes et de bouleaux. Une sous-espèce particulière vit également dans les îles britanniques, en Suisse, en Autriche, dans les Alpes italiennes et dans toutes les régions de plateau aux frontières de la Tchécoslovaquie où il niche de préférence là ou il y a du pin alpestre. Récemment, il s'est toutefois répandu largement dans des régions de plus basses altitudes, où il s'est installé non seulement à l'orée des bois mixtes, d'épicéas ou de pinèdes, dans les recrûs de bouleaux aulnes et saules qui poussent dans les tourbières ou près des cours d'eau, mais aussi jusque dans les parcs et jardins des villes et villages, ce qui en fait un habitant assez familier.

Il se mêle souvent au Tarin des aulnes à la période hivernale. Le sizerin d'Europe Centrale est sédentaire, alors que, chaque année en automne, le sizerin flammé des régions nordiques entame sa migration vers le sud. Souvent, il gagne l'Europe Centrale mais il lui arrive de poursuivre et de s'installer en Europe Méridionale. Ces mouvement sont variables. Certains hivers, il apparaît en grand nombre et provoque même de véritables invasions. Il reste en hivernage jusqu'à mars puis il remonte progressivement vers le nord. Le sizerin est un oiseau remuant et sociable. Lorsqu'il vole, on entend sans cesse son appel "tchetchetchetche" qui retentit également dans le gazouillement du mâle. Il ne représente pas actuellement une espèce menacée. Le vol : Vol onduleux et capricieux. Vol nuptial circulaire au cours duquel il émet des gazouillis entrecoupés de notes plus douces.