• Partager sur Facebook
LE-BON-88.png


Avant d'en arriver à la naissance de la Base de Florennes en tant qu'aérodrome militaire belge, la région va vivre quelques années "noires"....mais une issue heureuse , quelques années plus tard, sera à la mesure du courage des hommes et femmes qui n'ont jamais perdu espoir !!!
période-allemande.png
En juin 1942, pour des raisons stratégiques, les Allemands décident de construire un aérodrome militaire sur le plateau entre Rosée et Florennes . En 1943, la Luftwaffe s'installe à Florennes et en août l'aérodrome est déclaré opérationnel et porte le nom de Flugplatz 401. Messerschmitt Bf110, Junker 88 et autres Focke-Wulf 190 vont causer de lourdes pertes dans les rangs alliés.

Dès janvier 1944, la base de Florennes-Juzaine devient la cible des bombardiers américains. Fin août 1944 , les forces allemandes sont obligées d'abandonner les installations de Florennes. Avant de quitter la Base , les allemands vont détruire la majorité des installations existantes....mais la "tour carrée" résiste au dynamitage et modifiée au fil des années est toujours debout et opérationnelle à ce jour.
periode-US.png
La 1ère Division américaine entreprend les travaux de reconstruction "provisoire" (Camp de tentes, baraques en bois...)

Le 11 septembre 1944, la Base codée A-7 est déclarée à nouveau entièrement opérationnelle. Plusieurs unités volantes américaines vont s'installer. Les escadrilles de chasse quittent Florennes pour suivre la ligne de front et sont remplacées le 5 avril 1945 par le 344th Bomber Group (B-26) elles y resteront jusqu'au 15 septembre 1945.
periode-belge.png
Naissance-base-belge.png
En 1947, la création d'un second Wing de Chasse est décidée. Ce sera le 161ème Wing de Chasse de Jour de Florennes formé des 351ème et 352ème Escadrilles. Quelques mois plus tard, l'unité est rebaptisée 2ème Wing de Chasse de Jour alors que les 351ème et 352ème sont rebaptisées respectivement 1ère et 2ème Escadrilles de Chasse de Jour.

En juillet 1947, le Major Lallemant (DFC and Bar) est désigné pour créer et commander cette nouvelle unité.

La tour Carrée devient le centre nerveux de la Base. On y retrouve le bureau du Chef de Corps, un central téléphonique, du logement et un mini Etat-Major. Les Escadrilles s'installent dans leur zone respective. Les bâtiments susceptibles d'être utilisés comme hangar pour les travaux sur avions sont rares et en mauvais état.
travaux.png
La Base bien qu'opérationnelle , ne répond plus aux impératifs d'un aérodrome moderne permettant l'utilisation et l'entretien d'avions à réaction. L'année 1950 marque le début des grands travaux qui vont préparer la transition vers le monde de l'aviation moderne et vont modifier COMPLETEMENT la physionomie de la Base de Florennes.

En 1950, la piste 26 allemande (piste secondaire) est allongée pour permettre son utilisation dans de meilleurs conditions de sécurité par des avions à réaction.

1951 voit le début de la construction de la grande piste. Un an plus tard, celle-ci est opérationnelle et l'aménagement d'un balisage permet le vol de nuit.

En 1954, on pose la première pierre du premier bloc du nouveau camp. Ces gigantesques travaux se clôtureront en 1957.

En janvier 1956, le 2ème Wing vit un grand déménagement. Le nouveau camp , au nord, est maintenant presque terminé et les militaires peuvent prendre possession des nouveaux locaux. Les logements et les bureaux de la tour Carrée sont délaissés. Le centre de gravité du Wing glisse du sud vers le nord, position qui le rapproche de la ville de Florennes avec laquelle des liens forts vont se nouer.15 La zone sud qui a vu naître le 2ème Wing se vide de plus en plus. Il faudra attendre 1984 et l'arrivée du 485 Tactical Missile Wing de la US Air Force pour voir cette zone sud se transformer complètement et revivre.
euromissiles.png
485-wmis.png
L'OTAN prend la décision d'installer des missiles à portée intermédiaire Groud Launch Cruise Missile (GLCM) et Pershing 2 sur la Base de Florennes et le 485 Tactical Missile Wing de la US Air Force s'installe sur l'aérodrome. Dans le même temps, des négociations s'engagent avec l'URSS en vue d'obtenir l'élimination des engins dont la portée est comprise entre 1.000 et 5.000 kilomètres.

Ces négociations aboutissent le 8 décembre 1987. Le traité prévoit la suppression complète de ces missiles. Les forces américaines quittent la Base de Florennes. Le 2ème Wing retrouve la zone sud qui l'a vu naître.
les-avions-ops.png
Le Spitfire.

La Belgique demande aux Britanniques de les aider pour assurer le rééquipement en matériel volant. Ainsi la Belgique se retrouve équipée de 3 types de Spitfire : des Mk IX, des Mk XIV et quelques Mk XVI. Les pilotes du 2ème Wing voleront exclusivement sur Mk XIV jusqu'en 1951.

spifire.jpg


Le F-84E/G Thunderjet.

La guerre de Corée et les tensions entre les deux blocs incitent les pays occidentaux à accélérer leurs programmes de modernisation des forces armées. Le Congrès américain adopte le programme d'aide militaire aux membres de l'Alliance Atlantique. Par ce programme , les Etats-Unis fournissent gratuitement les avions, à charge pour les nations bénéficiaires de les utiliser, de les entretenir et de les restituer en bon état le moment venu. Dans ce cadre le 2ème Wing va recevoir 21 F-84E.

En avril 1952, les F-84E sont remplacés par les F-84G. Le 2ème Wing compte 3 escadrilles dotées de 25 avions chacune.

Republic F-84E Thunderjet.jpg


Le F-84F Thunderstreak.


RF-84 Thunderflash.jpg F-84F Thunderstreak.jpg

Le Mirage.

Le 16 février 1968, le Cabinet Van Den Boeynants décide d'acheter des Mirage V pour remplacer les F-84F Thunderstreak et les RF-84F Thunderflash. La SABCA de Gosselies assure la construction des 106 appareils. Les premiers Mirage se posent à Florennes le 29 juin 1970. Ils sont maintenus dans les 1ère et 2ème escadrilles jusqu'au passage sur F-16 fin des années 1980.

mirage 5.jpg mirage 5 ba.jpg

Le F-16.

Le F-16 acheté en 1975, porte sur 116 exemplaires destinés au 1er Wing de Beauvechain et au 10ème Wing de Kleine-Brogel.

En 1983, l'achat de 44 Fighting Falcon (F-16) supplémentaires est décidé afin de rééquiper les 1ère et 2ème Escadrilles qui volent encore sur Mirage. Celles-ci seront respectivement déclarées "Combat Ready" sur F-16 en 1990 et 1988.

f-16.jpg
esca.png
les-escadrilles.png


TLP.png
En 1989, le TLP s'installe à Florennes. Cet organisme est chargé d'assurer la standardisation entre les pilotes de chasse des Forces Aériennes Alliées du Centre-Europe qui sont appelées à opérer ensemble. Le 29 mai 2009, le TLP quitte Florennes pour s'installer à Albacete en Espagne.

Cliquez sur la vignette ci-dessous pour voir les photos du départ du TLP.

TLP.png

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Le spectacle historico-musicale retraçant le 70ème anniversaire de la création de la Base de Florennes a tenu ses promesses.

Les quelques 700 spectateurs ont beaucoup apprécié cette présentation instructive, plaisante et parfois émouvante !! La précision du timing : interventions musicale par la Musique Royale de Force Aérienne , acteurs-reconstitueurs et projections de diapositives de photos d'époque était maîtrisée de main de maître .

Cette après-midi festive, comme promis, par le Colonel aviateur Polome, commandant de la Base a conquis le coeur des plus sceptiques !!!

~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Pour marquer cet anniversaire, le FA135 a reçu une livrée spéciale et n'a effectué qu'UN seul vol - piloté par le Colonel aviateur Polome , commandant du 2ème Wing Tac, il a décollé le 25 septembre à 15.45 heures pour atterrir à 16.23 heures.

NIKON D7000 - DSC_6614.jpg


Les photos d'archive présentées ci-dessous ainsi que celles des reconstitueurs retracent les grands évènements de cette magnifique aventure !!!