• Partager sur Facebook
La ville de Fosses doit son origine à Saint Feuillen ou Foillan, moine irlandais qui vint évangéliser notre contrée vers 650 et avait reçu de Gertrude, abbessa de Nivelles, une partie de son domaine appelé Bebrona (rivière des castors), puis Fossa. Il vint y fonder un monastère de « Scots ».

L’histoire religieuse nous apprend que Foillan fut assassiné le 31 octobre 655 dans la Forêt Charbonnière, près du Roeulx. En 656, ses restes furent ramenés à Fosses et Foillan devint ainsi Saint Feuillen et plus tard, le patron de la ville, car son culte se répandit rapidement. C’est en son honneur que furent organisées des processions. La plus ancienne citée dans les archives est celle de 1086, à l’occasion de la translation des reliques dans une nouvelle châsse. Cela fait donc neuf siècles qu’on organise cette cérémonie religieuse. Mais la « Marche militaire », elle, n’existe avec certitude que depuis la création, en 1566, d’un Serment ou compagnie d’arquebusiers dont les statuts prévoyaient l’obligation « de se trouver en noble compagnie, enseigne au vent, avec fifres et tambourins, armes et équipages, le jour que l’on porterait le glorieux corps de monsieur Saint Pholien ».

C’est donc plus certainement pour rendre hommage au saint patron que pour défendre ses reliques contre les brigands que cette escorte militaire fut faite aux processions. Mais pourquoi une marche septennale ? D’abord parce qu’un « Vœu » avait été fait d’organiser des processions au début du XVIIème siècle : la peste ravagea la région entre 1634 et 1637 ; et c’est à partir de 1635 que ce vœu fut émis par les chanoines et les magistrats de Fosses d’organiser ces processions tous les sept ans.

Mais ce n’est qu’à partir de 1844 que l’on s’en tint strictement au septennat, même pendant la dernière guerre, en 1942.